L'écriture libératrice

La somatisation

On a tous entendu un jour cette expression que ce soit pour soi ou pour un tiers: « tu somatises« .

Mais alors c’est quoi, somatiser? En grec « soma » signifie « corps ». Il s’agit donc de l’expression d’un mal ou d’une souffrance de l’esprit se traduisant par une manifestation physique à travers le corps.

Très souvent, il est question de l’expression de troubles anxieux ( stress par exemple) et de l’humeur (différents états émotionnels tels que la peur, la colère, la jalousie, la déception etc.).

Nous parlons d’expression car encore une fois, ce qui n’a pas été exprimé par des mots ainsi que les émotions réprimées ( et donc confinés à l’intérieur de soi , cœur ou esprit) vont rechercher une porte de sortie. Celle-ci se transcrira par le corps au moyen de différents troubles physiques dont la gravité peut atteindre son paroxysme.

C’est ainsi que l’on somatise.

Nous rencontrons par exemple des jeunes femmes sujettes aux accidents vasculaires cérébraux dits AVC, suite à des non dits au sein du couple. La volonté de préserver l’autre pousse souvent à se négliger soi. Car oui, entretenir une colère sourde, une souffrance mentale suite à une déception, la perte d’un être cher ou encore un isolement entraine trop souvent de réels symptômes qui ne trouvent aucune explication médicale concrète. Ou du moins, selon la médecine traditionnelle dite allopathique.

La médecine allopathique vise à soigner les symptômes de la maladie. Elle traitera alors l’AVC sans forcément approfondir les causes, au point que le patient continue d’en ignorer l’origine exacte.

La naturopathie, quant à elle, est dite « holistique » et vise à élargir son champ de compétences en recherchant les causes de la maladie par le biais de l’anamnèse ( questionnaire approfondit auprès du malade). Elle tend ainsi à rétablir l’équilibre entre le corps, l’esprit et la spiritualité afin d’aider la patient à optimiser sa santé globale ( et non plus seulement sa santé physique).

Une fois le corps et l’esprit à nouveau en accord, les symptômes disparaissent pour la majeure partie des cas. L’écriture, à travers le prisme holistique participe d’une bonne santé et rétablit l’équilibre entre esprit, corps et spiritualité. Je ne parle évidemment pas des maladies de types cancers ou dérèglements de la tyroïde qui nécessitent des traitements lourds, même si on sait que des non-dits et émotions enfouies entrainent justement ces mêmes problèmes de santé.

Ceci dit, si l’écriture propre ne guérit évidemment pas de façon directe, elle permet de mettre l’accent sur les causes psychiques et émotionnelles qui induisent de graves maladies. Et c’est en traitant la cause, que vous ferez disparaître les symptômes.

L’écriture libère l’esprit de ses émotions négatives et des angoisses. Elle permet d’éprouver de la satisfaction personnelle ce qui engendre une meilleure appréciation de soi, elle diminuerait même la timidité.

En écrivant nos émotions, on apprend à mieux se connaître, on garde une trace de nos pensées et on peut ainsi y revenir quand bon nous semble. Les personnes qui ont l’habitude d’écrire leur flux de pensées réussiraient mieux à guérir du passé et à préparer leur avenir.

Il n’est évidemment pas simple d’écrire sur soi. C’est probablement la tâche la plus compliquée à faire en matière d’écriture. Car elle implique remise en question, introspection, honnêteté et mise en miroir. Mais il faut savoir accepter pluie et nuages pour mériter soleil et arc-en-ciel.

Pour finir, sachez que somatiser ne signifie pas manifester des troubles psychiques au sens psychiatrique du terme. Il est tout à fait commun de somatiser, il faut juste réapprendre à écouter son être intérieur, afin de mieux prendre soin de soi, sans avoir à passer par la case « douleur et manifestation physiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *