Arrêtons d’être serrée…

« Forme épousée, cul moulé, le pantalon méga serré est très à la mode. »

 

Mais que se passe-t-il vraiment lorsque nous avons envie de mettre en avant nos courbes de gazelle dans un pantalon?



 

19h, un samedi soir. Enrobée dans ma serviette, les cheveux qui goutent sur mes épaules, je suis comme 99,9% des femmes devant mon dressing.

« Qu’est ce que je vais me mettre pour la fièvre de ce samedi soir? »

J’ai accouché il y a 2 ans et mon corps à inDÉniablement, inCONtestablement, iRRéfutablement, changé.

  • Hanches plus larges,
  • Ventre proéminent pas très gracieux,
  • Kilos superflus qui ne fondent pas comme neige au soleil.

Bref autant de paramètres qui font que : je ne sais PAS quoi me mettre…

Je parcours mes habits. Pas ça, non… non… ça non plus… J’en ai marre de tourner avec les même fringues !! Cependant, je me refuse à acheter des habits dans la taille que je fais actuellement.
Ce qui ne devait être qu’une passe post-partum, dure maintenant depuis de loooong moment.

PHHHHOUUUU ( je souffle )

Evidemment que dans ces moments là je me promets d’arrêter le petit bout de chocolat plaisir que j’aime grignoter le soir, ou, le goûter que je prends parfois encore, persuader que j’en ai tout autant besoin qu’un enfant 🙂

Yeux rivés sur l’horloge. Il ne me reste pas beaucoup de temps.

Petit coup d’oeil sur les LE cartons qui tronent à coté de mon armoire. Dedans m’attendent de belles, de MAGNIFIQUES fringues ( qui pour le moment, rappelons et enfonçons le couteau, ne me vont plus depuis que j’ai accouché, tssss ).

Armoire… cartons… armoire… cartons

…Cartons… Je l’ouvre délicatement tel un trésor et redécouvre des petites merveilles.
Wouaaahhh ! Qu’il est beau ce jeans !

Je passe une jambe, puis l’autre. Vient ensuite la traditionnelle « danse de la grenouille ».

« Je sais que tu sais : nous savons donc, de quoi je parle… LA danse de la grenouille… Ce fameux ballet très graphique, qui consiste à prendre une grande inspiration, se baisser à demi accroupie en forme de grenouille pour essayer de faire remonter le pantalon en espérant faire passer les cuisses puis les fesses » 

Hiii haaaa… hiii haaaa… hiiiiiii… hhhAAAAAA

Cuisses et fesses passées, jeans fermé… Wouaaahhh je rentre dedans !!

Sensation et reflet dans le miroir :

  • Cuisses et fesses extra moulées : pas de risque que ça bloblote,
  • Parties intimes oppressées : pas vraiment agréable,
  • String qui ne risque pas de bouger :  à coup sûr on verra la raie de mes fesses si je me baisse ( élégant, n’est-ce pas? ),
  • Bas du ventre comprimés : je sens déjà l’arrière du bouton se tatouer dans ma peau.

 

Ok, je refais désormais la danse de « la grenouille », qui, lorsque l’on a réussi à mettre son pantalon, nous fait espérer qu’on va le détendre un peu.

« Monter… Descendre… Monter… Descendre… Petits à-coups en étant accroupie »

Hummm… Bon ce n’est pas si mal…

Je vais quand même mettre un chemisier un peu ample histoire de cacher les poignets d’amour qui dépassent.

Make-up, parfum, bijoux, chaussures… je suis prête…

20h30, je pars. En voiture la position assise n’est pas des plus « confortable » mais j’essaie de ne pas trop y penser avec la musique à fond et mon chant à tue-tête, je m’ambiance à fond. « Yooouhouuu Despacito… » ( click si tu veux t’ambiancer avec moi 😉 )

21h, « Bonsoir… Bonsoir… Hey salut, comment vas-tu? »
Cette soirée m’a l’air bien sympathique, des gens que j’apprécie, bonne musique… cependant, je sens bien que je suis assez serrée. Pour le moment, je reste debout, je me sens plus à l’aise comme ça.

22h, j’ai mal à mes cuisses qui sont de plus en plus opprimée. Une sensation de fourmillement les envahit. J’espère que mon sang circule correctement quand même !? Je décide de m’assoir.

22h15, en position assise, mon pantalon me coupe le ventre en deux et me comprime encore plus. La bière que je viens de finir n’arrange rien.

22h30, je me relève. Il faut que je fasse preuve de grâce et de discrétion pour replacer mon froc qui est un peu descendu, laissant bien évidemment, comme je l’avais prédis, apparaitre le haut de la raie de mes fesses. Quelle finesse !

Ce même cirque va se dérouler tout au long de la soirée à chaque fois que je vais m’assoir et me relever.

( soupire ) Qu’est ce que je suis serrée dans ce jeans… 🙁

Sensation au niveau des mes organes après 3h30 :

  • Le haut de mon pantalon appui si fort sur mon utérus que j’ai l’impression d’être indisposée. Pas très glam.
  • Mes parties intimes sont si compressées que j’ai l’impression qu’elles sont anesthésiées. Pompon sur la Garonne.

 

Mais quel idée DE MERDE d’avoir voulu mettre ce foutu jeans trop serré !!

La soirée passe. Je sens que je ne profite pas aussi bien que si j’avais été totalement à l’aise dans un pantalon.

La mode veut que les femmes soient complètement moulées de la tête au pied, et moi, bête et disciplinée, je me suis pliée à ce dicta, pour rentrer dans le moule et surtout rentrer dans mon jean.

Je décide de rentrer. Je suis fatiguée et toute endoloris. La bonne humeur du début de soirée est désormais comprimée avec tout le reste dans mon jean…

1h30, clés dans la serrure de chez moi, un tour complet sur la gauche. J’allumes la lumière, jettes mon manteau par terre, enlève mes chaussures sans défaire les lacets et ne pense qu’à une chose : enlever mon foutu jeans trop serré !

Sur le seuil de ma chambre, je fais un rapide constat des lieux. On dirait qu’une tornade est passée : mon dressing est entièrement étalé sur mon lit !

Un coup d’oeil dans le miroir. Je regarde mon fute. Il n’a plus du tout la même allure du début de soirée. Il est plus bas, ne me moule plus aussi bien les fesses et fait preuve désormais d’un énorme inconfort.

Aller je me lance… je défais le bouton… avalanche du ventre : je respire. Grande inspiration et j’enlève le reste… Ahh ça fais du bien…

Constat des dégâts du jean trop serré :

  • J’ai la marque de l’arrière du bouton incrustée dans ma peau,
  • Les coutures du pantalons sont parfaitement dessinées le long de mes cuisses,
  • Mon ventre et parties intimes me font mal,
  • Je ressens des fourmillements et des brûlures dans mes cuisse.

 

OUF ! Je suis ravie de l’avoir ENFIN enlevé.

Rapide coup d’oeil autour de moi. Je cherche un vêtement bien ample dans lequel je serais à l’aise et cocooné… J’attrape le jogging de mon homme.

Démaquillage, brossage de dents et je me jettes m’affale sur mon lit.

J’ai l’impression d’avoir fait du sport toute la soirée. Concours de bières c’est une discipline de mi temps aussi non ?!

Cette soirée était vraiment sympa. Super ambiance avec mes potes… Ci ce n’est un détail… j’étais vraiment trop serrée !!

 



Mais pourquoi est-ce que l’on s’inflige cela? Qu’est ce qui nous pousse à souffrir pour rentrer dans critères de beauté du « trop serré » ?

Bien évidemment, je pourrais tout simplement acheter un pantalon à ma taille. Mais au delà de ça, qui ne s’est jamais sentie trop serré dans un fute parce qu’on ose pas acheter un pantalon dont la taille est décrite comme « au dessus des normes de beauté »?

Les diktats de la mode sont puissant. Les magazines, pubs, photos de mannequins maigres, nous donnent toujours plus l’impression d’être marginalisé si on ne va pas dans leur sens. STOP !

On sait déjà que porter un vêtements trop serré, peux provoquer des infections urinaires, des irritations de la peau dû à la friction du tissus, des maux d’estomac et troubles intestinaux à cause des pantalons taille haute et autres petits désagréments pas très glamour mais souvent mineurs.

Mais aujourd’hui on apprend aussi que cette mode, peut à long terme, endommager le nerf externe de la cuisse du fait d’être  comprimé trop longtemps.

Cette pathologie s’appelle « méralgie paresthésique » ( click )

Alors mesdemoiselles, mesdames, messieurs ( bien sûr que les hommes aussi portent des vêtements trop serré 🙂 ) assumons la taille que nous faisons, STOP au diktat de la mode et soyons libre de porter un sarouel en soirée si l’envie nous prend, et surtout d’être à l’aise.

« Assumons nos rondeurs peu importe la raison qui fait qu’elles se sont installées chez nous et acceptons nous tel que nous sommes… »

 

Bisous d’une nana en route vers l’acceptation de son corp…ツ

 

« P.S : Histoire fictive se rapprochant fortement de la réalité 🙂 cet article à uniquement pour but de crier haut et fort le fait de s’aimer tel que l’on est, à travers une anecdote humoristique. Je ne suis absolument PAS professionnel de santé et je ne dis pas que porter des vêtements trop serré provoquera des désagréments sur vous, mais c’est possible 🙂 »

2 Comments

Laisser un commentaire

Naviguer
Aller à la barre d’outils